Projet
25 sur 44
walhain1

Extension d’école en bois et acier

Coll. pour G. Wuillaume.

Ce projet s’insère à différents niveaux dans une perspective durable. Tout d’abord, l’idée même de l’entreprise : permettre à la commune de Walhain de conserver son école primaire située au centre du village, en l’adaptant à une augmentation notable des élèves. Six classes supplémentaires ont pu être ouvertes grâce à cette extension.

L’usage de techniques particulières, notamment l’emploi de matériaux montés en dehors du chantier, a permis à l’école de fonctionner durant toute la période des travaux, épargnant ainsi une délocalisation ou même l’usage de locaux provisoires, ce qui en soi constitue déjà une économie importante d’énergie.


La partie ancienne de l’école a été réalisée dans les années cinquante. Elle présente un gabarit en décalage par rapport aux autres édifices bordant la place. Pour cette raison, mais aussi à cause du manque d’espace et d’absence de fondation, l’architecte a décidé de construire les nouvelles classes en enjambant l’édifice d’origine et en partant gabarit à celui des architectures voisines.

La nouvelle structure englobe donc l’ancienne. Elle est constituée de 26 colonnes en acier prolongeant les pieux en sous-œuvre (le sol étant très mauvais) et de grandes poutraisons en lamellé collé utilisant de l’épicéa du pays, à inertie variable qui viennent s’y fixer. Le remplissage des ossatures est constitué de cadres en cèdre rouge, et les menuiseries extérieures sont en afzélia, deux bois n’exigeant aucun entretien. L’oregon a été utilisé pour les menuiseries intérieures et les panneautages sont en OSB. Le seul endroit où l’on trouve de la maçonnerie est la cage d’ascenseur et de petits éléments secondaires. Grâce à cela, la consommation d’eau durant les travaux fut quasi nulle.



L’espace intérieur est traité comme une vaste halle. Le plafond est continu sur toute la surface sans que des cloisonnements ne viennent en interrompre la lecture. Cette ouverture spatiale répond adéquatement à l’esthétique des façades, largement ouvertes, légères et dynamiques. Elles laissent généreusement entrer la lumière rendant ainsi inutile l’usage de l’électricité durant les heures d’ensoleillement et diminuant d’autant l’emploi du chauffage. L’ensemble de l’édifice présente une isolation optimale tant au niveau des parois que de la toiture.

Cette architecture symbolise également une vision de l’enseignement ouverte sur le monde, décloisonnée, lumineuse, où l’apprentissage devient un réel plaisir. Elle est une œuvre d’équilibre combinant une esthétique ancrée dans son époque, une technologie contemporaine et une réelle prise en compte des problèmes environnementaux. Un projet bien loin des clichés passéistes.